LES MARCHANDS DU TEMPLE SONT A L’ŒUVRE

 

Il en va du business du cheval, comme pour tout business…

 

La vente de séjours équestres répond aux mêmes exigences, aux mêmes contraintes, à la même concurrence que n’importe quel objet de consommation public.  À la fin, le consommateur juge, avec le même regard critique que sur tel ou tel produit de grande consommation – que ce soit une brosse à dents, une voiture, ou un voyage…

 

Mais le plus souvent, ce ne sont que des louanges. Heureusement !

 

À présent, nos concurrents en Jordanie vendent aussi du cheval.  Ils ont cru, en voyant nos jolis groupes de cavaliers, que c’était une affaire juteuse qui devait rapporter vraiment gros….

 

Alors les agences s’y sont mises… Ne brillant pas d’imagination.  Le mieux c’est de faire comme le voisin, en espérant tirer à soi le maximum de ses clients… Peu importe les méthodes…  Publicité quasi mensongère à l’appui, flou joliment artistique sur l’encadrement, et prétendue « écurie » personnelle de chevaux – l’affaire est dans le sac, le client n’y voit que du feu.

 

Celui-ci s’étonnera seulement que ces chevaux ne sachent pas trotter, qu’ils s’énervent, qu’ils aient la bouche dure, qu’ils sont parfois incontrôlables, que le guide ne sait pas organiser les cadences… Mais qu’importe - les paysages sont si beaux ! On passe l’éponge…

 

On peut lire sur les sites web de certaines agences jordaniennes, et autres, qu’ils sont en possession d’une cavalerie de 25 chevaux arabes, d’un matériel anglais de qualité, et que leur guide est local, né dans le désert, spécialiste depuis 30 ans…

 


"Ils ne sont pas beaux, mes pur-sang arabes?"

 

Tous les gars de Wadi Mousa (Petra) qui ont quelque chose à vendre, vous diront qu’ils sont nés dans un tombeau nabatéen, dans Petra-même, qu’ils connaissent parfaitement les montagnes et le désert, et qu’ils sont à l’origine de tous les itinéraires du coin, car ils y menaient leurs troupeaux lorsqu’ils étaient jeunes bergers….

 

Vous n’y verrez que du feu, et par l’aplomb, et les complicités des amis autour, vous serez convaincus d’être en bonnes mains. Ce sera souvent le cas, d’ailleurs ! Car après avoir appris la petite tricherie vis-à-vis des clients, ils ont vite repris à leur compte les meilleurs itinéraires et combines concoctées par d’autres… Même nos textes descriptifs, pour certains !

 

À la limite, c’est de bonne guerre… Un peu plus grave pour de grandes agences qui ont des prétentions de sérieux, et qui s’affichent ouvertement sur le web.

 

Certains jordaniens ont surtout mal accepté que ce soit un étranger qui ait relancé l’affaire des chevaux dans le pays. Une atteinte à leur fierté…

 

Un proverbe arabe dit : "mentir, c’est un peu de sel dans la vertueuse vérité".  En gros, le mensonge n’est répréhensible que s’il n’aboutit pas…

 

*     *     *

 

Même au Salon du Cheval à Paris, on entend des inepties et des affirmations qui frôlent l’arnaque lors des renseignements pris sur les stands d’accueil des agences. Aux différentes questions concernant l’origine des chevaux utilisés pour tel ou tel voyage, on reçoit invariablement les mêmes réponses trompeuses – oui la cavalerie est bédouine, oui le guide est bédouin, oui les chevaux sont des chevaux du désert, oui, ce tour est dirigé par des gens du cru, des pionniers, etc… Et ça, chez des références du voyage équestre. Grave.

 

*     *     *

Ceci simplement pour avoir un autre éclairage sur les petites tromperies que vous concoctent les agences – marchandes du temple ! – pour vous aveugler un peu plus, et obtenir votre inscription.

 

Très peu nombreux, sont les responsables européens venus sur place, pour prendre la température, visiter sérieusement, en toute indépendance (et non pas guidés enfantilement par la main…), rencontrer les différentes équipes, les chevaux (un préalable qui nous paraît évident !), les guides, les hôteliers, etc…

 

The Desert Guides Society a créé les itinéraires repris par presque toutes les organisations équestres. On a pu voir chevaucher avec nous :

Et bien d’autres…

 

Nous avons encadré, durant des tours et des tours, des clients envoyés par :

 

Ou, peut-être se sont-ils laissés éconduire, eux aussi, loin du désert, baratin à l’appui, pour finir à Petra, loin des grands espaces… Dans un bel hôtel…, Exemple d’une curieuse conscience professionnelle…

 

Tout cela n’enlèvera rien à l’expérience de votre visite - de toute façon intéressante et sublime par les paysages traversés !  Et les Jordaniens, quoi qu’ils fassent, restent vraiment des gens adorables et chaleureux. Qu’on se le dise !

 

Pour le Sultanat d’Oman ce sera la même chose. Une fois divulgués nos itinéraires, attention à la ruée sur l’aubaine ! Et chacun en revendiquera la paternité… Avec un incroyable aplomb.

 

Apparemment, chez les voyagistes équestres, on aime bien les chevaux, mais encore beaucoup, beaucoup plus l’argent… 

 

 

Wilfried Colonna

  

LIENS SUR LES PAGES WEB

HOME (Version français)   -   CHEVAUX & CAVALIERS   -   HOME (Version anglaise)

CHEVAL ARABE ; CHEVAL DU DESERT

 Un Français et ses chevaux à Wadi Rum   -   Première rando de Pétra à Wadi Rum   -   L'histoire de Sultan et Atallah

RANDONNEE EQUESTRE - INFOS GENERALES -
La Cavalerie   -   Niveau equestre   -   Encadrement   -   Nourriture   -   Hygiène  -   Logement

Les chevauchées :
Mode d'emploi
Chevauchée des rois   -   De Pétra à Wadi Rum   -   Le Grand Sud   -
 Nouvel An à Wadi Rum   -  
Conseils pour l'equipement   -   Conditions d'inscription   -  Nos partenaires   -   ATTENTION

LA PHOTO GALLERIE - Nos chevaux en photos

LE CHEVAL EN JORDANIE AUJOURD'HUI
The Bedouin breeds    -    Course d'endurance  -   la Wadi Rum Cup   -   Denis Letartre   -   Les Ecuries Royales -
Fédération Equestre Jordanienne

CONTACTEZ NOUS